Une passion ancienne, une pratique encore jeune…

Aussi loin que je me souvienne, la photographie m'a attiré mais c’est grâce à la photo numérique que j’ai réellement pu m'y consacrer. Si ma passion est ancienne, ma pratique est donc toute récente et je suis encore à la recherche de mon style même si la photo urbaine est le genre dans lequel je me sens le plus à l’aise.

 

Mais c'est quoi la « photo urbaine » ?

Petite ou grande, la ville reste mon terrain de prédilection. Les gens, les paysages urbains, les spectacles, les expositions, les musées, les cafés, les gares… et la rue bien sûr. L’humain est toujours présent dans mes photos, même si pas toujours visible parce que, parfois, c’est l’absence d’êtres humains qui parle le mieux de la place de l’humain dans la ville.

 

Noir et blanc ou couleur ?

Je préfère le noir et blanc avec lequel je me sens émotionnellement et techniquement plus à l’aise. Pour moi, la couleur est le plus souvent une distraction pour l’œil et l’esprit, elle est « démagogiquement décorative » et, de ce fait, elle masque ce qui fait sens dans une photo, elle est « hors sujet ».

C’est sans doute pour cela que les grands photographes coloristes sont si rares et que leurs photos sont inimitables, Chez eux, la couleur est porteuse de sens, comme le cadrage, l’instant du déclic, le choix du sujet, de la situation… Quand je m’y essaye, c'est avec beaucoup de prudence et d'humilité, et seulement quand je sens que la couleur est un sujet « en soi » ou qu'elle renforce le récit de mes photos.

 

Ma pratique de la photo ?

Je suis un photographe paresseux, je photographie à l’instinct. Globalement, la technique m'ennuie, je ne maîtrise pas tous les réglages de mon appareil, j'ignore consciencieusement l'histogramme, je n’utilise jamais de flash, je ne sais pas régler des éclairages, je ne suis pas attiré par le travail en studio et, de toutes façons, je ne saurais pas diriger un modèle : quand je fais un portrait, c'est « sur le vif ».

 

Un peu de patience...

Je peux rester un long moment à attendre le bon rayon de soleil, le passant dont j’espère la silhouette ou, au contraire, la disparition des gens dont la présence me gêne. Du coup, je suis insupportable pour ceux qui m'accompagnent : famille, amis, photographes... La photographie est décidément un plaisir solitaire.

 

Et les recadrages ?

Je suis très attentif à mes cadrages mais la « règle des trois tiers » m’agace la plupart du temps et je ne sais pas « composer » une photo. Cela ne me vient d’ailleurs pas à l’idée parce que je ne suis pas peintre et que les scènes qui attirent mon œil sont déjà « naturellement composées » : quand je déclenche, je sais à l'avance comment je vais recadrer pour « révéler » cette composition et je n’hésite pas à le faire…

 

Post-traitement et objectivité

J’aime post-traiter mes photos. Pour moi, la photo n’est achevée que lorsque qu’elle dit ce que je veux qu’elle dise et le post-traitement vise à rendre le plus lisible possible ce récit.

Je suis convaincu que l’objectivité en photographie est une illusion. Je prends la photo et VOUS la regardez, cela fait déjà deux subjectivités et je fais tout mon possible pour qu’elles se rencontrent. Si ce n’est pas le cas, c’est que ma subjectivité n’a pas été assez affirmée.

Pour autant, votre lecture est vôtre, donc c'est la bonne pour vous !

 

Voilà, j’espère que mes photos vous plairont…

Read more

Showcase

View all

Photos of Alain ROBIN

Testimonials

Have something nice to say about Alain ROBIN? Write a testimonial